Publié dans 3 crayons

La maison du Soleil . Taamo . Pika éditions

Du Soleil, de la fraîcheur et de l’amour : un shojo à dévorer sur la plage cet été.

Mao, lycéenne un peu garçon manqué, en froid avec sa famille est hébergée par Hiro jeune cadre dynamique. L’amour sonnera-t-il à leur porte ?

Un manga en 13 volumes à découvrir autour des amours naissantes d’une lycéenne et d’un jeune homme dans la plus pure tradition des shojos japonais. J’avoue avoir eu un peu de mal sur le premier volume à découvrir ici sur le site des éditions Pika. Pourquoi ? J’aime les histoires romantiques mais j’avoue me désintéresser des histoires se passant dans un quotidien bien terre à terre. Pour tout avouer j’aime les têtes qui volent, les monstres bien tentaculaires, les êtres assoiffés de sang et de vengeance. Ben là, il n’en est rien.

Ce manga m’est tombé entre les mains après les conseils de lecture d’un de mes libraires en qui j’ai toute confiance et d’une critique dithyrambique lue dans un magazine. Fi des épées sanglantes ! Fi des démons échappés des enfers ! Je le lance dans le pelucheux et le familial.


Je disais donc le premier volume était un brin difficile pour moi, il fallait que je m’adapte au genre. En revanche, la galerie de personnage a su me séduire. Le mystère sur le froid qui règne entre le père de Mao et cette dernière, la mort des parents de Hiro et l’identité de la personne qui suit activement les romans en ligne des deux copines m’ont clairement accroché .

En revanche j’ai été un peu moins séduite par le dessin, lui aussi très conventionnel et sans création picturale propre. Les remplissages de certains dessins avec l’aide de grilles sont trop uniformément placés (exemple que j’ai sous les yeux au moment où je parle sur le tome 13 avec les habits de lycéens pied-de-coq) .

Ce manga fait le job et je l’identifie clairement comme un bon moment « de plage » pour tous les amoureux de bisous repoussés in extremis et autres amateurs d’amour impossibles.

Taamo, la mangaka, a créé une autre série « Too bad, i’m in love ! » toujours publié chez Pika et dans laquelle pour le peu que j’en ai vu le dessin et l’aspect créatif s’est amélioré de mon point de vue. Une auteure à voir évoluer donc !

Publié dans 5 crayons

To your eternity. Oima Yoshitoki. Pika édition

Série en cours ! 9 tomes déjà parus

L’histoire

Une entité immortelle croise par hasard un être vivant voué à une mort proche. Cet être sera baptisé Imm (voui vous avez compris… Imm comme immortel… comme immaculé également). Son chemin initiatique en quête de la signification de la vie sera semé d’embûches, il perdra des amis en gagnera des nouveaux, mais pour combien de temps ?

Mon avis

Un grand coup de cœur manga ! C’est un ovni assez inracontable pour le premier épisode. On commence cette histoire avec un caillou envoyé dans un univers désertique. Il fallait oser. Ce « caillou » est sur le chemin d’un loup, qui mourra à ses côtés. Ce dernier va prendre la forme de l’animal mort. Ainsi doté de pattes il se mettra en route pour un voyage qui l’amènera à croiser un nouveau personnage. Toute la construction d’Imm se fait par le biais de ses rencontres qui vont façonner son humanité, il prendra d’ailleurs la forme des disparus une jolie métaphore de ce qui reste de l’autre lorsqu’il n’est plus là et de la façon dont nous nous construisons en miroir aux autres. Pour notre plus grand bonheur Imm va rencontrer des personnages atypiques emplis de bontés et des grosses ordures putrides bouffées par la méchanceté . J’en suis déjà au neuvième tome et il est très difficile pour moi d’attendre la suite.

Je me relis et j’ai l’impression que ce manga sonne très philosophique mais ce n’est pas que ça. To your eternity n’est pas qu’un road movie à travers le monde c’est aussi de grands combats contre des entités parasitaires étranges et maléfiques.

En ce qui concerne le style, c’est beau, c’est fin, c’est précis. Si il faut le classer absolument, c’est un shonen mais c’est triste de le réduire à cela tant il peut plaire à un public divers. L’auteure Oima Yoshitoki s’était déjà fait grandement remarquer en bien avec le magnifique manga A silent voice qui traitait du handicap. Avec ce manga Oima Yoshitoki nous plonge dans un univers fantasy remarquable d’ingéniosité et où notre propre humanité et nos peurs (maladie, mort, amputations, oubli, torture…) sont explorées jusqu’à la moelle substantifique. A lire, à partager et à offrir !