Publié dans 5 crayons

Beastars 1 et 2 . Paru Itagaki . Ki-Oon

12 volumes en cours à ce jour

L’histoire du tome 1

A l’institut Cherryton, herbivores et carnivores vivent en relative bonne entente puisque la consommation de viande est proscrite. Mais un alpaga est retrouvé mort. La suspicion fait alors surface et Legoshi en pâtit parce que c’était son meilleur ami, qu’il est la dernière personne à l’avoir vu et parce… qu’il est un loup.

Mon avis

Un excellent manga sur nos petits conditionnements, très bien mené. On enquête en même temps que les héros et l’intrigue promet de nombreux rebondissements. J’aime le personnage de Legoshi, complexe et tourmenté. J’aime les réactions des autres animaux au plus près des nôtres. Le dessin est parfois un peu juste pour moi mais pour un des premiers mangas de cette auteure, il faut d’ores et déjà l’inscrire dans les personnes à suivre !

L’histoire du tome 2

Ça se corse ! Louis refuse d’abandonner la pièce de théâtre et il l’assurera coûte que coûte. Dès lors, tout le monde est prié d’être sur le pont, il faudra à Legoshi surmonter une situation gênante avec une lapine et surmonter ses propres peurs.

Mon avis

Ce tome 2 est encore meilleur que le premier ! On gagne évidemment en complexité et en densité des personnages. On gagne aussi dans la compréhension du dessin faussement simple. Les passages de narration sur le quotidien des personnages sont doux presque crayonnés et puis soudain une action importante nous est donnée à voir et le style gagne en profondeur les hachurages donnent de la matière à bon escient, les traits s’épaississent comme dans la scène de la pièce de théâtre. Bref, c’est un gros coup de cœur pour ce manga qui continue !

L’histoire du tome 3

La tension monte encore d’un cran. Louis, blessé, confie son rôle à Bill mais la situation devient explosive. Legoshi découvre l’existence d’un marché noir macabre. Les herbis n’existeraient-ils que pour servir de nourriture aux carnis ?

Mon avis

L’histoire devient de plus en plus sombre, l’apparition de ce marché noir dans l’histoire, donne une dimension encore plus philosophique et cruelle aux refléxions des personnages.

L’histoire du tome 4

Louis entretien une relation complexe avec Haru. Le triangle amoureux formé avec Legoshi toujours bien innocent s’intensifie. On apprend également les origines de Louis et d’où lui vient cette force.

Mon avis

La qualité du dessin et de la narration est maintenue toujours sur ce tome 4. C’est assez remarquable d’ailleurs. Espérons que la série ne s’essouffle pas.

Publié dans 5 crayons

La ligue des super féministes . Mirion Malle . La Ville brûle

L’histoire

Pour une fin des inégalités entre les filles et les garçons. Une BD pour acquérir une vision et des outils intellectuels pour se créer des armes contre la bêtise ordinaire.

Mon avis

Ah qu’il est bon de lire ce que l’on pense et de penser ce qu’on lit ! Voici une petite BD à faire lire au plus grand nombre pour que les filles osent enfin se rêver en leader de groupe de rap, de chevalière sans peur et sans reproche ou de Présidente de la République et qui revient sur beaucoup d’idées reçues et de clichés qui ont la vie dure. Alors oui, le trait est simple mais il est là pour servir un discours et pas pour le cacher et c’est bien tout ce qu’on lui demande. Gros coup de cœur donc. Et pour ceux que je vois arriver avec leurs gros sabots, on y apprend aussi que les garçons ont le droit de pleurer, de tomber éperdument amoureux de qui ils veulent et d’être fleur bleue. On y apprend aussi que quand une fille dit non, ça veut bel et bien dire non. Que la beauté n’est pas une marchandise, que l’on est belles et beaux à tout âge, n’en déplaise à certains littérateurs-chroniqueurs. Il reste une question : à partir de quel âge ? Je serais tentée de dire à tout âge, mais vu la dérision et l’humour dont l’auteur fait preuve je dirais que c’est une BD tout de même à destination des ados. Une BD coup de cœur donc !

Publié dans 4 crayons

L’assassin qu’elle mérite . Yannick Corboz . Wilfrid Lupano .Vents d’Ouest

L’histoire

Problème de riche en 1900 : l’oisiveté. Deux riches amis parient de parvenir à transformer un jeune homme pauvre en ennemi de la société en lui faisant découvrir tous les plaisirs puis en lui retirant tout ce qu’il a.

Mon avis

Excellent scénario, excellent dessin. Une BD pour les collectionneurs, car l’ouvrage est beau et les 4 tomes tiennent leur promesse de qualité jusqu’au bout !

https://www.glenat.com/sites/default/files/liseuse/9782749305554/index.html

J’aime énormément le travail de Wilfrid Lupano, aussi bien sur les séries d’Alim le tanneur, le Loup en slip (ouaiii ça claque comme titre), Azimut et bien entendu Les vieux fourneaux dont je vous parlerai prochainement. J’aime aussi son travail sur Quand le cirque est venu même si j’accroche moins sur les illustrations très gonflées et qui ont de la personnalité de Stéphane Fert (un de ces jours j’adorerai j’en suis certaine, encore quelques albums Monsieur Fert et je devient fan).

J’avoue néanmoins beaucoup moins connaître Yannick Corboz dont on peut voir un aperçu de son travail ici. Il maîtrise ses cadrages, sait mettre un point de focalisation original ou très léché. Il n’a pas son pareil pour retranscrire la notion de féminité.

Alors pourquoi ne pas avoir mis la note maximale ? Eh bien, il faut l’avouer entre nous (rapproche toi de l’écran c’est un secret que je te confie lecteur : j’ai sauté du texte… oui je sais c’est horrible et je m’en veux) Mon attention n’a pas été éveillée à tout instant, certains passages où Victor est en plein marasme moral m’ont fait décrocher. C’est la vie. Je relirai certainement cette série lors de mes universités d’été où je relis compulsivement ce qui vaut ou pas une deuxième chance.