Publié dans 3 crayons

La maison du Soleil . Taamo . Pika éditions

Du Soleil, de la fraîcheur et de l’amour : un shojo à dévorer sur la plage cet été.

Mao, lycéenne un peu garçon manqué, en froid avec sa famille est hébergée par Hiro jeune cadre dynamique. L’amour sonnera-t-il à leur porte ?

Un manga en 13 volumes à découvrir autour des amours naissantes d’une lycéenne et d’un jeune homme dans la plus pure tradition des shojos japonais. J’avoue avoir eu un peu de mal sur le premier volume à découvrir ici sur le site des éditions Pika. Pourquoi ? J’aime les histoires romantiques mais j’avoue me désintéresser des histoires se passant dans un quotidien bien terre à terre. Pour tout avouer j’aime les têtes qui volent, les monstres bien tentaculaires, les êtres assoiffés de sang et de vengeance. Ben là, il n’en est rien.

Ce manga m’est tombé entre les mains après les conseils de lecture d’un de mes libraires en qui j’ai toute confiance et d’une critique dithyrambique lue dans un magazine. Fi des épées sanglantes ! Fi des démons échappés des enfers ! Je le lance dans le pelucheux et le familial.


Je disais donc le premier volume était un brin difficile pour moi, il fallait que je m’adapte au genre. En revanche, la galerie de personnage a su me séduire. Le mystère sur le froid qui règne entre le père de Mao et cette dernière, la mort des parents de Hiro et l’identité de la personne qui suit activement les romans en ligne des deux copines m’ont clairement accroché .

En revanche j’ai été un peu moins séduite par le dessin, lui aussi très conventionnel et sans création picturale propre. Les remplissages de certains dessins avec l’aide de grilles sont trop uniformément placés (exemple que j’ai sous les yeux au moment où je parle sur le tome 13 avec les habits de lycéens pied-de-coq) .

Ce manga fait le job et je l’identifie clairement comme un bon moment « de plage » pour tous les amoureux de bisous repoussés in extremis et autres amateurs d’amour impossibles.

Taamo, la mangaka, a créé une autre série « Too bad, i’m in love ! » toujours publié chez Pika et dans laquelle pour le peu que j’en ai vu le dessin et l’aspect créatif s’est amélioré de mon point de vue. Une auteure à voir évoluer donc !

Publié dans 4 crayons

Presque maintenant. Cyril Bonin. Futuropolis

Futur imparfait : ou la conjugaison de l’amour

On vous propose d’ingérer des nanoparticules qui pourront rendre compte en temps réel de votre état de santé. Que faites-vous ? Acceptez-vous de contrôler votre santé ? Pensez-vous réellement que tout est prévisible ?

Cyril Bonin est sans conteste, un des auteurs les plus doués dans le monde de la bande-dessinée. J’avais découvert son travail avec la formidable BD « Fog  » au scénario signé du gentleman Seiter. J’avais loué son talent dans « Chambre obscur » qui reprenait le mythe d’Arsène Lupin (en tant que fan de Maurice Leblanc je ne peux que m’incliner). J’avais demandé à ce « La belle image » participe au prix littéraire d’un festival et il y eut les très reconnus « Quintett » et « Amorostasia ». Bref, je suis fan et cet auteur ne fait que des bijoux.

Une fois de plus, ici, monsieur Bonin nous prend par la main pour nous emmener dans une nouvelle histoire pleine de surprises. Anna est étudiante au conservatoire de Paris. Elle rencontre Alexis et son ami Félix, eux aussi étudiants. Une amitié mâtinée de flirt va s’engager. Mais personne n’ose se déclarer et Anna ne sait qui choisir. Un beau jour Félix fait le premier pas. Leur vie de couple est alors engagée au détriment d’Alexis qui s’éloigne de part ses études. Félix étudie les biotechnologies et met au point des nanopills qui permettent de rendre compte en temps réel de son état de santé. Il propose à Anna d’en ingérer comme lui-même, au début tout va bien. Mais le contrôle de soi et de l’autre fait peser une tension sur leur couple. Jusqu’au jour où une surprenante nouvelle tombe.

Un scénario fin et élégant nous entraîne dans un monde proche de certains épisodes de « Black mirror ». Ce futur proche, probable nous interpelle d’un point de vue philosophique sur notre volonté de tout contrôlé et si cela au final est vraiment possible. Cette BD nous parle aussi de ce qu’est l’amour et jusqu’où il peut aller.

Le dessin est comme à l’habitude de Cyril Bonin, irréprochable à la fois doux et réaliste. Une BD à lire et à offrir.

Vous pouvez retrouver le monde de Cyril Bonin ici.

Publié dans 3 crayons

Après la pluie . Jun Mayuzuki . Kana

L’histoire

Akira une lycéenne, travaille après les cours dans un restaurant tenu par un quadragénaire, Masami. La jeune fille est amoureuse de son patron, un homme peu assuré.

Citation issu du manga « Après la pluie » de Jun Mayuzuki, éditions Kana

Mon avis

Un premier tome est sympathique, j’aime beaucoup voir au travers des yeux d’Akira comme sur l’illustration ci-dessus. Ce personnage regarde les défauts de son patron pour lequel elle a le béguin mais au lieu d’y voir des éléments rédhibitoires, elle y voit les blessures secrètes d’un homme sensible. C’est une jolie bluette romantique même si je dois avouer que je n’ai pas accroché outre mesure.

<p

Bref, ce n’est pas un coup de cœur personnel mais c’est un manga tout à fait valable. A noter que l’anime est sorti et que le live est paru en 2018 au Japon.